contact

Bonjour.
Vous cherchez des renseignements sur le 8e Zouaves, vous êtes un ancien Zouave ou avez-vous peut-être des parents qui ont été dans le 8e Zouaves. merci de me contacter à cette adresse :
8zouaves14.62@gmail.com

mercredi 28 août 2013

Historique du 8e Zouaves (1914-1918)

 
 

La Division de Marche d’Infanterie Coloniale du Maroc (D.M.I.C.M) est créé en 1914 avec 2 brigades. Le régiment de marche de Zouaves intègre la  1ère Brigade Marocaine.

En Aout 1914, la Division devient « Division Marocaine ».
Les 2 brigades sont modifiées. Le 2e RMLE intègre la 1re brigade. Le Régiment de Marche de Zouaves devient 8ème Régiment de Marche de Zouaves et passe à la 2ème Brigade
. Il est composé de 4 bataillons pris au 1er, 2è et 3è Zouaves.

En Août 1915, il reçoit  son drapeau. Il aura quatre Colonels pendant la guerre:
Lieutenant Colonel Levesque (aout et septembre 1914)
Lieutenant Colonel Modelon (1er octobre 1914 au 20 mars 1916)
Lieutenant colonel Auroux (20 mars au 27 septembre 1916)
Lieutenant colonel, puis Colonel Lagarde (27 septembre 1916 à novembre 1919)

Le 8è Zouaves fut de presque toutes les grandes actions offensives de la guerre et il pourra inscrire sur la soie de son drapeau:

La Marne
Yser
Artois
Champagne
Somme
Moronvilliers
Verdun
Soissons
Le 18 Juillet Chemin des Dames

CITATIONS A L’ORDRE DE L’ARMEE
Du 8e Régiment de marche de Zouaves

1re Citation
8 septembre 1915, de la Xe armée :

Le 16 juin, sous les ordres du lieutenant-colonel MODELON, a brillamment enlevé à la baïonnette quatre lignes de tranchées allemandes, et s’y est maintenu, malgré les violentes contre-attaques de l’ennemi, sous un feu intense d’artillerie et de mitrailleuses. Alerté dans son cantonnement de repos, pour reprendre ces mêmes tranchées perdues, s’en est de nouveau emparé le12 juin, par une charge à la baïonnette menée avec un élan remarquable.

2e Citation
30 janvier 1916, de la IV e armée :

Le 25 septembre 1915, sous les ordres du lieutenant-colonel MODELON, a brillamment enlevé plusieurs lignes de tranchées allemandes et poursuivi énergiquement d’ennemi jusqu’à l’objectif indiqué. A pris à la baïonnette une batterie allemande. S’est emparé de nombreuses mitrailleuses et fait un gros butin. S ‘est ensuite organisé et maintenu dans un secteur des plus délicats, fournissant pendant trois semaines un effort exceptionnel avec un entrain et une bonne humeur remarquables.

3e Citation
7 mai 1917, de la IV e armée :

Sous les ordres du lieutenant-colonel LAGARDE, a enlevé, le 17 avril 1917, avec un élan merveilleux, une série de hauteurs puissamment fortifiées. A ainsi atteint, d’un seul élan, l’objectif qui lui avait été fixé, faisant plus de 500 prisonniers et s’emparant de 6 canons et d’un matériel considérable (mitrailleuses, minenwerfer de calibres). Le 19 avril 1917, a arrêté net une puissante contre-attaque ennemie, faisant 75 prisonniers, s’emparant de 6 mitrailleuses et d’un canon de 150. Le 20 avril, malgré un bombardement d’une extrême violence, a brisé une nouvelle attaque ennemie menée par deux régiments, a progressé à la suite de cette attaque, faisant des prisonniers et s’emparant de 3 canons de 105.Pendant cinq jours, les zouaves du 8e, et en particulier le 2e bataillon, sous l’énergique impulsion du commandant DURAND, n’ont cessé de faire preuve d’une initiative individuelle et d’un moral qui ont fait l’admiration de tous.

4e Citation
septembre 1917, de la 11e armée :

Véritable régiment d’attaque, aussi remarquable par son superbe moral que par son parfait entraînement. Vient encore, le 20 août 1917, sous les ordres du lieutenant-colonel LAGARDE, de faire preuve de ses hautes qualités manœuvrières, en enlevant, sur une profondeur de 3 kilomètres, une série d’organisations importantes. Marchant de l’avant, les reconnaissances du 8e Zouaves, vigoureusement commandées et faisant preuve de l’ardeur traditionnelle de leur régiment, est pénétré dans des batteries ennemies où un matériel considérable a été détruit, puis, constatant au delà de leur objectif la présence de batteries en action, ont poussé jusqu’à elles à travers notre propre barrage et en ont détruit les défenseurs et le matériel, malgré une énergique résistance de l’adversaire. A capturé 360 prisonniers, 10 mitrailleuses, 76 minenwerfer et fait sauter 7 canons.

5e Citation
20 septembre 1918, de la Xe armée :

Après avoir, dans la Somme, en avril 1918, mené avec abnégation une lutte très dure, à peine reconstitué, enlevé de ses cantonnements de repos et jeté dans la mêlée en quelques heures, a, sous les ordres du lieutenant-colonel LAGARDE , pendant les journées des 29 et 30 mai 1918, opposé aux masses allemandes un mur inébranlable, et, par les heureuses dispositions de son chef, par la valeur et l’esprit de sacrifice déployé par chacun, a largement contribué à enrayer l’avance ennemie.

6e Citation
octobre 1918, de la Xe armée :

Magnifique régiment, confiant dans sa force, fier de son passé et sur de la victoire. Le 18 juillet 1918, sous les ordres du commandant CALLAIS, après une marche d’approche d’une longueur égale, s’est enfoncé de 4 kilomètres dans les lignes allemandes, balayant dans son élan impétueux toutes les résistances que lui imposait un ennemi acharné. Arrivé à l’objectif normal qui lui était assigné, a essayé deux fois, dans la même journée, de le dépasser. A réussi, le 19, dans un élan irrésistible, à progresser encore, portant ainsi son avance totale à 11 kilomètres. Le 20 juillet, a opposé aux très violentes contre-attaques de l’ennemi l’énergie farouche d’une troupe décidée à la victoire et au sacrifice et a conservé intégralement les positions conquises. A capturé 20 canons, plusieurs centaines de prisonniers, un nombre considérable de mitrailleuses lourdes et légères et de minenwerfer.

7e Citation
octobre 1918, de la Xe armée :

Fidèle à son passé d’héroïsme et de gloire, vient encore, pendant dix jours de bataille acharnée, de prouver sa valeur. Sous les ordres du lieutenant-colonel LAGARDE ; il entre, le 2 septembre 1918, au contact de l’ennemi qu’il presse et harcèle le 3 et le 4. Le 5 , il voit la récompense de sa ténacité, et, talonnant dans une ardente poursuite les arrière-gardes en retraite, s’empare du village de Neuville-sur-Margival et progresse de plus de 5 kilomètres. Heurté le 6 aux retranchements de la ligne Hindenburg, il les martèle pendant sept jours, avançant pas à pas dans une lutte sans merci. Le 13, violemment contre-attaqué, il oppose à la ruée ennemie le mur inébranlable de sa bravoure. Le 14 et le 15, attaque à nouveau sous les ordres du lieutenant-colonel CADIOT, et progresse encore. A réalisé une avance totale de plus de 7 kilomètres, capturé des prisonniers et un matériel considérable.

1918

L'année la plus formidable de la guerre! Un instant la balance du destin semble pencher en faveur de l'Allemagne. Mais dans la tempête, un pilote prit le gouvernail et d'un coup de barre terrible il redressa le navire. Désormais, la victoire est sure et prochaine. Les zouaves seront aux endroits les plus durs des dernières batailles; cela s'appelle: Villiers Bretonneux, Soissons, le 18 juillet, Le chemin des dames et le matin de l'armistice, ils étaient prêts à se lancer dans la bataille qui devait se livrer en Lorraine.

1919

A Paris, le 14 juillet, une compagnie du régiment prend part au grand défilé de la victoire, avec son drapeau décoré de la veille de la croix de la légion d’Honneur par le président de la république. Le 18 juillet, ayant quitté la Palatinat, le régiment embarque à Marseille et le 20 débarque à Oran pour y tenir sa première garnison.

 

 




 


1 commentaire:

  1. Bonjour
    Mon grand pere maternel était capitaine au 8°Zouave (Nom de Famille: CRISTOFINI ou CRISTOFENI)
    Je n'ai pas d'information à son sujet?
    Cordialement
    Jean BITTERLIN

    RépondreSupprimer

Merci de prendre contact avec l'auteur du Blog à cette adresse : 8zouaves14.62@gmail.com